Génération Ecologie

Ecotaxe | La reculade du gouvernement annonce-t-elle l'avortement de l'écotaxe ?

Suite aux manifestations en Bretagne, le Premier Ministre Jean-Marc AYRAULT vient d'annoncer la suspension de la mise en œuvre de l'écotaxe sur tout le territoire français. Est-ce une reculade pure et simple du gouvernement devant les difficultés ou une réelle volonté d'adapter le mécanisme d'application de cette taxe écologique ? Nous espérons que la seconde supposition est la bonne. Il serait fâcheux que, après tous les efforts engagés pour réduire la facture énergétique et lancer la transition écologique, le gouvernement cède face à la colère de certaines corporations. Jean-Marc AYRAULT a précisé que l'écotaxe serait corrigée et non pas supprimée. Ouf !

Nous attendons avec impatience de voir le résultat de la révision de l'écotaxe. Face aux pressions diverses, le gouvernement ne doit pas sombrer dans les erreurs du passé et reculer : dialoguer oui mais rester ferme sur les objectifs essentiels de l'écotaxe. Point positif de l'écotaxe : une grande partie des sommes récoltées permettront le financement de la modernisation et du développement des infrastructures, notamment ferroviaires et fluviales. Il est temps de développer une alternative crédible et durable au fret routier. Pour autant, nous pouvons regretter que cette écotaxe ne s'applique pas au transport routier utilisant le réseau autoroutier, très largement saturé. Egalement, il serait possible d'apporter des aménagements à cette écotaxe, au cas par cas. Les agriculteurs sont déjà surtaxés et méritent une attention particulière.

Yves PIETRASANTA, Président Génération Ecologie




L'écotaxe : un moyen d'assurer la transition énergétique et de développer une alternative crédible au fret routier

Le gouvernement vient d'annoncer que l'écotaxe s'appliquant aux camions de plus de 3,5 tonnes sur le réseau principal hors autoroute à péage entrerait en vigueur au 1er janvier 2014.

C'est une bonne nouvelle pour la transition énergétique
lancée par le Président François HOLLANDE, pour plusieurs raisons.
D'une part les pollueurs deviennent les payeurs.
D'autre part, une grande partie des sommes récoltées permettront le financement de la modernisation et du développement des infrastructures, notamment ferroviaires et fluviales. Il est temps de développer une alternative crédible et durable au fret routier.

Pour autant, nous pouvons regretter que cette écotaxe ne s'applique pas au transport routier utilisant le réseau autoroutier, très largement saturé. Egalement, il serait possible d'apporter des aménagements à cette écotaxe, au cas par cas. Les agriculteurs sont déjà surtaxés et méritent une attention particulière. Car il n'est pas concevable de voir les prix des matières transportées flamber, et ainsi de voir le pouvoir d'achat du consommateur diminuer. Serait-ce enfin le moyen de développer davantage les circuits courts, de rapprocher le consommateur du producteur… !

Evidemment ce type de décision ne satisfera pas les professionnels concernés. Il est pourtant nécessaire d'engager des réformes importantes, capables de rendre le transport routier plus propre. La pollution de l'air et la raréfaction des ressources fossiles sont des arguments à prendre en considération.



Yves PIETRASANTA, Président Génération Ecologie