Génération Ecologie

Pollution Urgence

Les médias s’en sont fait largement l’écho. La pollution de ces derniers jours dans les principales villes de France a remué les opinions publiques et pointé l’indigence des Gouvernements sur ce sujet, depuis au moins une dizaine d’année. Le plus étonnant c’est que la majorité des citoyens ne découvrent les urgences écologiques que lorsqu’elles sont présentes dans la vie quotidienne. Le reste du temps ils sont réticents à faire des efforts pour l’écologie. A preuve les réactions contre les «écotaxes».

Lorsque Nicolas Sarkozy déclarait «l’écologie ça suffit» il n’exprimait pas un sentiment personnel mais bel et bien un sentiment majoritaire dans le pays. En règle générale lorsqu’on élit un Président pour s’occuper des urgences économiques il ne faut pas s’étonner qu’il ne s’occupe pas des urgences écologiques qui sont pourtant étroitement liées à l’économie. En matière environnementale comme dans d’autres domaines on ne peut, à la fois «vouloir le beurre et l’argent du beurre».

La lutte contre les nuisances et notamment celles qui ont un effet négatif sur la santé demanderont des efforts au même titre que les autres urgences qu’elles soient économiques, sociales ou politiques. Dans le domaine des pollutions, non plus, il n’y a pas de baguette magique qui règle tous les problèmes sans efforts.



Michel VILLENEUVE
Vice-président de Génération Ecologie