Génération Ecologie

APICULTURE|
Interdiction européenne d'usage de certains pesticides : une victoire en forme de sursis

Nous l'attendions avec impatience. La Commission Européenne vient d'interdire pour deux années l'usage de pesticides contenant des néonicotinoïdes pour les cultures de maïs, colza, tournesol et coton. L'effet dévastateur de ces produits chimiques sur les colonies d'abeilles avait été dénoncé il y a quelques mois par l'Autorité Européenne de Sécurité des Aliments (EFSA). Cette décision européenne -qui n'a pas fait l'unanimité, loin de là – était indispensable pour protéger temporairement la filière apicole et plus largement le vivant

Nous saluons ainsi cette décision de moratoire pour deux ans, mais ce n'est pas assez. L'Union Européenne devrait imposer une ligne claire, définitive et inconditionnelle. Or l'interdiction ne concernera que certaines cultures et certaines périodes de l'année pendant lesquelles les abeilles sont actives. Et les substances toxiques concernées resteront encore présentes dans le sol après deux années. Sachant que la France est le premier pays européen utilisateur de pesticides, et qu'environ chaque repas contiendrait 21 résidus de pesticides, il est grand temps que le gouvernement français s'engage dans le développement d'une agriculture saine.

Le gouvernement pourrait notamment lancer un vaste plan de production agricole écologiquement propre :
- former le milieu agricole aux principes de l'agriculture durable
- inciter financièrement le développement de l'agriculture biologique : aides, crédits d'impôts,...
- soutenir les débouchés de l'agriculture biologique : cantines scolaires, approvisionnement des structures de la distribution,...

Des solutions existent, encore faut-il avoir le courage d'affronter les lobbies de l'industrie agro-alimentaire. Nous devons aujourd'hui développer une agriculture non polluante et respectueuse des différents écosystèmes.



Yves PIETRASANTA,
Président Génération Ecologie



OGM MON810|
Face à la déroutante décision du Conseil d'Etat demandant la levée d'interdiction du maïs MON810, nous soutenons le Ministre de l'Agriculture dans sa démarche de maintien du moratoire

Le Conseil d'Etat vient d'annuler l'interdiction de cultiver le maïs transgénique MON810 de la firme Monsanto. Le moratoire décidé par le gouvernement au mois de mars 2013 est une nouvelle fois remis en cause par le Conseil d'Etat. Cette nouvelle est déroutante. Car en 2012 le Conseil d'Etat avait rejeté la demande de plusieurs entreprises agricoles de suspendre l'interdiction de culture du MON 810. Les avis divergent au sein du Conseil d'Etat d'une année sur l'autre. Le lobby agro-industriel serait-il plus puissant à l'heure actuelle ? Heureusement j'apprends que Stéphane LE FOLL a réagi très rapidement à cette décision en réaffirmant le choix du gouvernement de maintenir le moratoire sur la mise en culture des semences OGM. Mais il est temps que le gouvernement et l'Union européenne prennent une décision forte et définitive d'interdiction des OGM.
C'est un nouveau coup dur pour la filière apicole et l'ensemble du secteur agricole qui tente de se défendre des méfaits des OGM. La biodiversité est ainsi malmenée, les dangers des pesticides liés aux OGM sont sous-évalués. De toute façon, l'innocuité des organismes génétiquement modifiés sur la santé humaine n'a pas été prouvée. Le principe de précaution doit prévaloir.



Yves PIETRASANTA,
Président Génération Ecologie