Génération Ecologie

Les principales dates de Génération Ecologie

1991 : Création de Génération Écologie, à Paris. Parmi les membres fondateurs on trouve Haroun Tazieff, Jean-Louis Borloo, Noël Mamère, Yves Pietrasanta, etc. Brice Lalonde, encore Ministre, est élu Président de Génération Écologie.

1992 : Elections régionales. Génération Écologie recueille 7,2% des suffrages exprimes et compte 108 élus régionaux (soit davantage que les Verts).

1993 : Elections législatives. Génération Écologie et les Verts présentent des candidats communs dans le cadre de "l’Entente des Ecologistes". Les écologistes obtiennent leur meilleur score de tous les temps : 11%.

1994 : Brice Lalonde présente son rapport sur l’intégration de l’Ecologie dans les accords du GATT. Les élections Européennes sont un échec pour les écologistes qui se présentent séparés. Au congrès de Génération Écologie à Laval, Brice Lalonde est réélu Président. Alors que dans le même temps Noël Mamère, Yves Pietrasanta et Harlem Désir, fondateur de SOS racisme, quittent Génération Écologie. Jacques Delors annonce son forfait pour la présidentielle de 1995.

1995 : Le Conseil National de Génération Écologie réuni à Paris, après avoir constaté la défection de Jacques Delors. Il appelle à voter pour Jacques Chirac à l’élection présidentielle Aux élections municipales, Brice Lalonde est élu maire de Saint-Briac, dans son fief des Côtes d’Armor.

1997 : Aux élections Législatives qui ont fait suite à la dissolution de l’Assemblée Nationale, Génération Écologie obtient plus de 450.000 voix soit près de 2.5% des voix exprimées dans les circonscriptions ou le mouvement a présenté des candidats. Au congrès de Génération Ecologie à Lille, Brice Lalonde est réélu et poursuit ses d’accords avec "Démocratie Libérale" tout en affirmant sa volonté de regrouper les écologistes "non Verts"

2000 : Au congrès de Toulouse, Brice Lalonde est à nouveau réélu et défend sa politique de partenariat avec "Démocratie Libérale", tout en constatant l’échec de son ouverture politique envers les autres partis écologistes.


2001 : Aux élections municipales, "Démocratie Libérale" obtient près de 150 élus municipaux en partie dans les grandes Villes, comme Marseille, Toulouse, Nice, etc…

2002 : Aux élections législatives, échec de la plupart des partis écologistes indépendants, dont Génération Ecologie. C’est alors que Brice Lalonde démissionne de la Présidence de "Démocratie Libérale". Le congrès extraordinaire de Marseille élit, comme Présidente, France Gamerre, adjointe au Maire de Marseille. Le principe d’un partenariat avec la majorité présidentielle est admis, mais "Démocratie Libérale" ne sera jamais associé à cette majorité nationale, de quelque manière que ce soit.

2004 : Génération Ecologie présente des listes indépendantes mais ouvertes à des associations, aux élections régionales, en Ile de France et en Normandie. En Haute-Normandie la liste de Génération Ecologie obtient 4.6%. Les élections cantonales, avec une moyenne nationale de 4.5%, confirment ce score. Génération Ecologie soutient des listes du MEI (Mouvement Ecologique Indépendant) aux élections européennes.

2005 : Génération Ecologie appelle à voter "oui" au référendum sur la constitution européenne et regrette fortement l’arrêt de la construction européenne qui a suivi la victoire du "non". Le congrès Génération Ecologie de Paris réélit France Gamerre à sa présidence et approuve, à l’unanimité, la politique de "coordination" avec les autres partis écologistes qu’elle propose.



2007 : Elections législatives sous l’accord MEI, Trèfle et le MHAN. Le Trèfle ne respecte pas ses engagements et inscrits des candidats dans les circonscriptions qui ne lui sont pas attribuées.
Signature d’un accord, pour la durée de la mandature, avec les Radicaux valoisiens alors sous la présidence de Jean- Louis Borloo.
Candidate à la candidature à l’élection présidentielle, France Gamerre n’obtient pas les 500 signatures exigées pour valider sa candidature.



2008 : 8e Convention nationale, Jean-Noël Debroise est élu président.



2009 : Signature d’un accord avec le MEI et la France en action, sous l’intitulé l’Alliance Ecologique Indépendante (AEI).
L’AEI présente des listes aux élections européennes et obtient des score$sde 1%à 4%.
Des listes sont constituées par l’AEI pour les élections régionales. Les scores varient encore de 1% à 4%. A l’issue de ces élections Génération Ecologie soutiendra les listes de gauches, mettant ainsi fin a l’AEI.



2011 : 9e convention nationale. Yves Pietrasanta, Vice-président du Conseil régional Languedoc Roussillon est elu Président.



2012 : En partenariat avec le Parti Radical de Gauche (PRG), création du Pôle Radical et Ecologique (PRE), Co-présidé par Jean Michel Baylet et Yves Pietrasanta, respectivement Président du PRG et de GE. Les deux Mouvements apporteront leur soutien à François Hollande pour l’élection présidentielle qu’il remportera.
Elections législatives. Yves Pietrasanta est soutenu par le PRG et France Gamerre est soutenu par le PRG, et le PS dans la 11e circonscription du Rhône (17,96%)



2014 :Election Municipales, …